Le pseudomorphisme comme transmission culturelle

Illustration of Petrarch’s Triumph of Time.

Dans le cadre du séminaire « Esthétique et transmission culturelle : une approche interdisciplinaire »

Andrea Pinotti (Università di Milano)
Le pseudomorphisme comme transmission culturelle

Mardi 7 Février 2017, 15.00 h

École des hautes études en sciences sociales,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris. – L’accès à la salle se fera uniquement par le 19 rue Notre-Dame-des-Champs .

Depuis que Oswald Spengler (1922) a emprunté à la terminologie minéralogique la notion de « pseudomorphisme » en l’appliquant à la morphologie des cultures et à l’interprétation des relations entre différentes traditions culturelles, cette catégorie s’est largement répandue dans le vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines. Dans mon intervention je me propose de reconstruire des étapes fondamentales de l’histoire des effets de cet emprunt (parmi les autres dans Hans Jonas, Lewis Mumford, Theodor W. Adorno, Erwin Panofsky), en recherchant, en même temps, les oscillations du spectre sémantique et les implications méthodologiques et épistémologiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.