Histoire quantitative et cognition

Antonello da Messina - Portrait of a Man - National Gallery London
Antonello da Messina – Portrait of a Man – National Gallery London (circa 1476) Source/Photographer: The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei. DVD-ROM, 2002. ISBN 3936122202. Distributed by DIRECTMEDIA Publishing GmbH. Wikimedia Commons

Dans le cadre du séminaire « Esthétique et transmission culturelle : une approche interdisciplinaire »

Olivier Morin (Max Planck Institut für Menschheitsgeschichte, Jena),
Histoire quantitative et cognition : Lire l’histoire culturelle comme une expérience de la nature

Mardi 17 Janvier 2017, 15.00 h

École des hautes études en sciences sociales,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris.

Populaire en écologie ou en économie, la méthode dite des “expériences de la nature” consiste à utiliser des phénomènes naturels spontanés (isolément ou conjointement à des expériences contrôlées) afin de tester des hypothèses. Ces observations sont plus difficiles à interpréter que des expériences randomisées ; mais ce qu’elles perdent en clarté, elles peuvent le gagner en pertinence. C’est particulièrement vrai pour l’étude des mécanismes cognitifs, le plus souvent étudiés en laboratoire, mais qui gagnent à être étudiés dans le contexte de l’histoire culturelle. Un tableau, un jeu, une fiction, peuvent être vus comme des expériences répétées menées sur des esprits humains, des esprits plus nombreux et plus variés que ceux auxquels la psychologie cognitive a ordinairement accès. On présentera une série d’études illustrant cette approche : la fréquence des termes émotionnels dans la littérature anglophone ; le rôle de la cardinalité dans les systèmes d’écriture les plus divers ; l’évolution des portraits individuels. On s’interrogera pour finir sur l’imprévisibilité du changement culturel et les limites des données historiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.